Displaying: 1-20 of 597 documents

0.184 sec

1. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 36
Serge Cantin Le Désenchantement du Monde et l’Avenir du Christianisme selon Fernand Dumont
abstract | view |  rights & permissions
Dans cette communication, je voudrais donner un aperçu de la pertinence de la pensée de Fernand Dumont (philosophe, sociologue, théologien et chrétien engagé) en regard des débats contemporains en philosophie de la religion. La première partie fait ressortir les principaux points de désaccord entre Dumont et Marcel Gauchet (Le désenchantement du monde, 1985) quant à la place et au rôle du christianisme dans une société sécularisée. Alors que, selon Gauchet, la religion chrétienne est destinée à ne subsister que sous le mode d’une expérience personnelle et subjective du sacré, Dumont s’efforce de penser les conditions d’ "une conversion de la pensée chrétienne" au drame de l’histoire et du salut collectif. Dans la seconde partie, je centre l’attention sur les idées et les valeurs qui fondent la foi anthropologique de Dumont. La comparison avec "l’humanisme transcendental" de Luc Ferry (dans L’homme-Dieu ou le sense de la vie) permet de saisir, par contraste, toute la profondeur et l’originalité de l’humanisme dumontein, ainsi que sa portée critique à l’égard des humanismes désincarnés.
2. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 37
Jean Leroux Les “Théories de L’image” De Helmholtz et de Hertz et les Motifs de Carnap Dans L’aufbau
abstract | view |  rights & permissions
I propose to sketch and compare the "picture theories" of Hermann von Helmholtz and Heinrich Hertz. These semiotic conceptions of scientific knowledge are forerunners of the now prevailing semantic views of scientific theories in philosophy of science, and my intent is to bring out the respective main features that either proved to be influential or, as such, retained in contemporary formal approaches to the semantics of physical theories. For our purposes, "picture theories" can be characterized as conceptions that (a) take as a departure the fact that scientific theories are embodied in a system of signs and (b) involve a systematic treatment of the relation that obtains between the semiotic system and the world. Essentially, such a theory will have in its core an answer to the question: "What does it take for a picture to be a picture of something?" In concludion, I outline a filiation between Helmholtz, Hertz and Carnap pertaining to the question of monomorphism or categoricity in the general semantics of physical theories.
3. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 37
Pierre Nzinzi L’erreur: pédagogue de l’humanité
abstract | view |  rights & permissions
De Parménide, distinguant ontologiquement le chemin de la vérití de celui de la fausseté, à Descartes, garantissant l'infaillibilité de la raison par la méthode, en passant par Spinoza, insistant sur l'infaillibilité de l'esprit qui se porte sur l'idée vraie ou adéquate, la tradition épistémique a toujours marginalisé l'erreur, qu'elle situait alors aux antipodes de la vérité. Or, la tradition doxologique ou conjecturale dont relève l'eépistémologie historique en particulier va la réévaluer, dans le sillage de Kant, critique du paternalisme despotique, mais dont l'atavisme dogmatique affecte encore son projet critique, qui croit que son compterendu des conditions de possibilité de la science ne saurait être crédible s'il n'en constate pas, en même temps, la "clôture" ou l'achèvement. On verra ainsi opérer le gester réévaluatif, dès son inscription inaugurale kantienne, à l'intérior d'une anthropologie négative, qui fait néanmoins de l'erreur le pédagogue d'une humanité incapable d'effectuer toujours des essais parfaits our réussis, mais sachant au moins apprendre de ses erreurs. L'erreur devient alors la clé de toute forme d'ouverture.
4. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 38
Leo-Paul Bordeleau Païdeia et Sport
abstract | view |  rights & permissions
Can sport claim to be an educative means, and what becomes of Greek paideia in the world of sport? The author intends to answer these questions through the use of a semantic and historical clarification of the notions of sport and education. Indeed, on the one hand, sport appears like a social practice not much propitious to education; on the other hand, modern education seems to have deviated from the Greek paideia’s trajectory. Therefore, to take into account this deviation and, by doing so, to make precise the idea of education, and then demonstrate that sport carries all characteristics of modern rationality which has produced it, will allow the author to conclude that sport could be considered one of the preferential means of human beings’ formation. Nevertheless its educative function more likely belongs to the nature of "poïèsis" than to the nature of "praxis."
5. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 4
Maria Patrão Neves Le Respect pour la Nature Humaine: Exigence Éthique et Obligation Légale
abstract | view |  rights & permissions
Nowadays, man possess a power of intervention on nature without precedent, bearing not only upon the physical environment, but also upon the biological environment. In this study we intend to reflect first on the ethical and legal implications of the utilization of "genetic engineering" on plants and animals. On that point of view, we will insist on the issue of the relations between man and nature. Secondly, we will deal with the ways of application of genetic engineering to humans. We will be positioned, not anymore at the level of the relationship that man has with its natural environment, but at that relationship man has with human nature. We will examine the ethical and legal implications of the human genome project (analysis and screening), and of genetic therapy (somatic cells and germinal cells). On that point of view we will insist on the issue of the relations of man, in its singularity, with mankind, in its universality. We will conclude for the affirmation of an indispensable respect for Nature, which builds up as an inalienable ethics, which law institutes as unavoidable obligation.
6. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 40
Vera Rudge Werneck Valeur et Culture
abstract | view |  rights & permissions
Il est certain que, de plus en plus, on se rend compte du besoin de délimiter, de préciser l'idée de culture afin de rendre possible la différence entre le bon et le mauvais. En conséquence, l'humanité pourra surpasser la perplexité où elle se trouve à présent. Il est inadmissible d'accepter le nuisible et l'erreur comme manifestations de culture. S'agit-il d'un simple problème de sémantique? Ou bien, par ignorance ou confort, l'homme est-il en train d'assister passivement à l'essor des contre-valeurs en devenant complice de ce processus? Malgré la grande difficulté de la matière, nous pensons que l'idée de culture considérée comme instauration de la valeur mérite, en tant qu'un nouveau paradigme, en tant qu'idée directrice, l'attention et la réflexion de tous ceux qui souhaitent un monde meilleur.
7. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 41
Phillip Knee Eduquer au paraître: l’ordre politique chez Montaigne et Pascal
abstract | view |  rights & permissions
The thought of Montaigne and Pascal on political order holds considerable interest for current debates over theories of justice and the deconstruction of justice. This particularly holds true when the focus shifts toward the experience of the political, toward a phenomenology of the political order in which appearance is the central category. The Essais and the Pensées offer two strategies for educating readers with respect to appearance qua essence of the political order. In both, political order is demystified through a well-known critique of natural law. Order is then rehabilitated in the name of true justice. This paper attempts to define and contrast the moral and religious significance of this rehabilitation in the philosophies of Montaigne and Pascal.
8. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 41
Boniface Kaboré L’universel démocratique et ses adaptations socio-culturelles: considérations casuistiques
abstract | view |  rights & permissions
Partant du principe que l’idéal démocratique est une norme universelle, la discussion au coeur de ce travail soulève une série de questions causuistiques liées à la mise en oeuvre concrète des démocratiques dans toute société humain, quels que soient ses particularismes socio-historiques et culturels. Cette démarche découle entièrement de l’hypothèse suivant laquelle le problème fondamental de la démocratisation, autrement dit de la domiciliation de l’idéal démocratique, se ramène à celui de son ap-propriation, d l’adaption du principle universal aux structures de base d’une société donnée, produit de conditions socio-culturelles, religieuses, politiques et économiques. Dans le but de dévoiler l’enjeu primordial qui polarise les différents aspects de la question, nous tentons, en premier temps, de mettre en évidence la ‘particularité culturelle’ du modèle de la démocratie libérale. Cette tenative débouche, en fin de compte, sur une remise en question de la prétention universaliste de la démocratie occidentale. Nous discutons ensuite des difficult ensuite des difficultés practiques qu’entraînent l’exigence traditionnelle du multipartisme et la définition des droits et libertés de base dans tout processus de démocratisation. Notre objectif, en abordant ces différentes questions, est de faire ressortir, avant tout, le caractére inextricable, voire insoluble, des problèmes practiques que soulève l’appropriation socio-culturelle de l’idéal démocratique, lesquels problèmes imposent de recourir à une méthode d’analyse cauistique des processus de démocratisation et de ne plus se satisfaire de l’universalisme abstrait et dogmatique.
9. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 41
Mílton Meira do Nascimento Le Legislateur et L’Ecrivain Politique Chez Rousseau
abstract | view |  rights & permissions
Chez Rousseau, la fonction du législateur qui crée les états se ressemble, parfois, á celle de l'écrivain politique. Les deux tâches se développent, toutefois, dans des niveaux différents. Le premier fonde les états particuliers, tandis que le deuxième élabore les principes du droit politique, condition de possibilité de la légitimité de tous les états empiriquement donnés. Ainsi, la tâche de l'érivain politique nous indique, chez Rousseau, la place destinée à la philosophie politique, qui ne peut être confondue avec un programme concret d'action, mais comme un code de principes auxquels les hommes d'action devront se tourner, afin de bien conduire les affaires de l'état. Outre cela, il faut penser aussi au precepteur qui, quand il s'agit de l'éducation publique, aura un rôle bien défini pour promouvoir une transformation radicale de l'homme, d'un tout parfait, indépendant, dans l'état de nature, en une partie du corps colectif, pour faire de l'homme un citoyen. Ce que Rousseau nous montre c'est que le législateur, aussi bien que l'écrivain politique, devront agir sur l'opinion publique, voir, sur les moeurs, sans violence, car l'art d'agir sur l'opinion publique ne tient point à la violence.
10. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 41
Marcelo Perine Violence et exclusion une interprétation éthique
abstract | view |  rights & permissions
Les communautés humaines se sont organisées à l’origine autour de règles morales envisageant leur propre survie. Les règles morales existent parce que les êtres humains sont violents, en tant qu’êtres naturels, et raisonnables, en tant qu’êtres capables de choisir la raison. Le choix de la raison, au moment de créer un domaine d’exclusion et de reconnaissance, est ce qui constitue le monde humain comme monde sensé. La violence, concrétisée sous les plus différentes formes d’exclusion, est la négation du sens. Ainsi, l’élimination progressive de la violence est, en même temps, le secret des morales et le critère de toute action politique qui se veut morale.
11. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 42
Ioan Biris La fonctionnalité de l’idée de “champ” dans les sciences
abstract | view |  rights & permissions
Cette étude part de l'observation que l'idée de 'champ,' tout comme celle de 'fonction' représente une nouveauté de la pensée moderne. Employée surtout en physique, l'idée de 'champ' est fréquemment utilisée ces derniers temps dans les sciences sociales. El term de 'champ' reste tout de même un terme polymorphe. Cette étude se propose de tirer au clair les cadres conceptuels de ce terme et sa fonctionnalité pour le domaine du social. A cette fin, on considère qu'il faut fructifier la tradition de Tönnies en sociologie, où l'accent tombe sur la conception du social en tant que 'relation,' que 'réseau de significations.' Dans cette direction, il s'impose que la notion de 'champ' soit délimitée de celles de 'système,' de 'contexte' ou bien de 'pattern.' C'est pour cela que cette étude fait appel à la classification de Kant concernant la nature des connexions: 1) la composition (agrégation ou coalition); 2) la connexion (physique ou métaphysique). Il s'avère que les notions de 'pattern' et de 'contexte' sont des espèces de la composition-coalition, la notion de 'système' semble correspondre à la connexion physique de la classification kantienne et la notion de 'champ' a son équivalent dans la connexion de type métaphysique. Tout en considérant comme situations de 'champ' social ou culturel ces cas ou les parties constituantes ne peuvent ni être réduites les uns aux autres, ni rigoureusement séparés, l'analyse continue par révéler deux fonctions essentielles de l'idée de 'champ': la fonction générative et la fonction intégrative.
12. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 44
Vidam Teodor Considérations sur l’identité de la morale actuelle
abstract | view |  rights & permissions
This study presents some clarifyings of conceptual order concerning the understanding of several basic terms such as: morality, morals and ethics. Morality is presented as a colective work, spontaneous, as a result of peculiar experience, not as a lived or experimented experience, but one that refers to the effort of achievement of an ideal. Due to the internal conditions that made it possible (liberty, will, consciousness) morality is founded affectivly before it manifests rationally. Morals is in the same time a product and a project: as a product includs intimate determinations between morality, amorality and imorality, as a project it is a step of the conviction regarding participation in social changes. Ethics is a second but not secondary (corpus) a systematized of value judgements about human rules. Peculiars ethics (medical, bioethics, ethology a.s.o.) must take part in forming a general-human morals in the next millenium, under the direction of communication ethics, the only ethics placed under the sign of postmetaphisics thinking.
13. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 6
Gaetano Chiurazzi Hegel, Heidegger et la grammaire de l’être
abstract | view |  rights & permissions
La compréhension ontologique de Hegel et Heidegger peut être explorée à travers le rôle que les éléments grammaticaux jouent dans leur philosophies: Hegel confère une importance incontestée au nom, et surtout à la forme nominative, la forme du Sujet; d'après Heidegger par contre on peut remarguer un usage du langage qui défie l'eactitude syntaxique, mais qui témoigne l'effort de parvenir à une compréhension non-catégorielle (et, surtout, non substantive) de l'être.
14. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 7
Vicente Barretto Les fondements éthiques des droits de l’homme
abstract | view |  rights & permissions
La fin du XXème siècle vit une situation paradoxale, où les droits civils, politiques, économiques et sociaux sont proclamés dans des documents internationaux et dans des textes constituionnels, ce qui représente dans l’histoire du droit, l’affirmation la plus emphatique de la croyance de l’homme en sa propre dignité, quoique subsistent, néanmoins, des pratiques qui nient ces droits. La fragilité des droits de l’homme face à l’autoritarisme trouve ses racines précisément dans l’absence d’un accord sur les principes fondamentaux de cette catégorie de droits. Cet accord peut être construit autour de principes rationnels, ce qui permettra d’attribuer aux droits de l’homme une dimension universelle. La question des fondements des droits de l’homme a été reléguée à un plan secondaire dans la réflexion philosophique du XXème siècle, en vertu, précisément des difficultés tenant à sa mise en oeuvre; elle n’a acquis de for académique que lorsque la société elle-même manifesta sa répulsion aux violations constantes des droits fondamentaux de l’être humain. Il s’agit, donc, de récupérer l’analyse des principes moraux minimaux qui justifient rationnellement les droits de l’homme, ce qui permettra, ainsi, l’établissement d’une universalité légitimée de ceux-ci.
15. The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 9
Giovanna Lelli Avicennisme et averroïsme dans la poétique et la rhétorique islamiques médiévales: La tradition persane
abstract | view |  rights & permissions
The study of medieval Islamic philosophy is necessary in order to understand Islamic thought, both medieval and contemporary. I propose that the distinction within Islamic thought between two great paradigms, the Avicennian and the Averroistic, is a fertile approach. It is true that in the field of Islamic poetics and rhetoric we find nothing that corresponds to the philosophical and religious opposition between Avicennism and Averroism. Nevertheless, in the medieval Islamic world, besides the official rhetoric which was linked to the legal culture, we can find several elements of these two great cultural paradigms even in the theory of literature. Today, a renewed interest in Islamic aesthetics and philosophy might help the West recompose its fragmented postmodernism, while it could in turn help the Islamic world construct a new, critical and non-fundamentalist approach to its classical authors.
16. The Proceedings of the Twentieth World Congress of Philosophy: Volume > 11
Pierre Aubenque Paideia et Physis dans la Conception Grecque Antique
abstract | view |  rights & permissions
Ce discours va partir des livres VI and VII de la République de Platon pour montrer en quoi il gouverne encore notre projet d’éducation philosophique de l’humanité, mais aussi en quoi il n’est pas seul représentatif de la conception grecque antique, à l’intérieur de laquelle sont nés plusiers modèles concurrents, générateurs d’une alternative peut-être encore instructive pour la discussion actuelle.
17. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 45
Roland Jean Akiki Vérité et Royauté
abstract | view |  rights & permissions
Une approche philosophique de la prière à des fins politiques est possible dans le cas où les deux substantifs sont mis en relais inconditionnel. Le premier élément responsable de cette filature des liens c’est la présence de l’autre. Prier et faire de la politique sont deux activités humaines trop humaines qui exigent l’ouverture à l’autre, pour l’autre comme pour l’édification de sa propre identité individuelle et collective. Comme les rites et les cultes, la liturgie, notamment la prière collective, a un effet thérapeutique, et pédagogique, disons didactique et sociopolitique. Elle calme les esprits, la volonté, apaise l’angoisse et solidifie les liens sociaux. L'Eglise, par exemple, est née du rassemblement du peuple de Dieu en prière et c'est dans son sein que toute célébration liturgique trouve perpétuellement son accomplissement aussi bien que sa régénération dans l’invocation du nom du Christ-Vérité, Rédempteur, Fondateur, Roi et Prêtre. La présente étude sur « Vérité et Royauté » focalise l’attention sur l’essence même du politique qui se nourrit du religieux tout en lui fournissant gloire, pouvoir et moyens d’existence.
18. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 45
Panagiota Xirogianni Malebranche: Rationalist Or Mystic?
abstract | view |  rights & permissions
The philosophical thought of Nicolas Malebranche (1638-1713) does not constitute two aspects of a spirit or a man that is that of the man of God and that of the man of letters. Malebranche, as a successor of Descartes in the history of European philosophy, although God is not the wise for him but He is wisdom and science Himself. For Malebrache, God is the reason of the world. God, as a substantial source, is able to create the ideas of the spirit of man and motivate his body. However, there is an archetypal idea of soul which comes in front of the body. According to the mentioned metaphysical definition, God is not doubtable in soul which is related to his Word. Malebranche introduces a rationalism emerging the mathematical values to provide an accurate and justifiable idea for Godbecause the continuous search of truth within sciences and our fear of a false existence can find answers in the system of arithmetic and algebra. Therefore, Malebranche’s thought constitutes “an intellectual mystic” denoting the connection of logic and belief.
19. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 49
Pierre Nzinzi Le problème de Weber en question
abstract | view |  rights & permissions
La dichotomie fait/valeur caractérise le « problème de Weber », qui a abouti, avec le positivisme du Cercle de Vienne, au confinement de l'éthique dans le nonsens, c'est-à-dire de ce côté où l'on devrait absolument rien dire, selon l'interdit wittgensteinien, vraisemblablement dicté par Parménide. La reprise critique de la question consistera ici à la poser en termes de rapports entre logique et éthique, la première regroupant des faits (divers) qui communiquent avec les valeurs, qu'ils peuvent induire, du reste, le but étant de continuer à raturer la fameuse neutralité axiologique, exigée par le positivisme, de Weber à Marx. Larature sera saisie ici sous les traits suivants : La raison est originairement politique ; La rationalisme et la culture de la paix ; L'idée d'une « morale immanente » : le cas de la biologie ; L'avantage critique de l'Occident..
20. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 54
Su-Young Hwang Mémoire et Identité de l’homme chez Descartes, Hume et Bergson
abstract | view |  rights & permissions
Le problème de l’identité personnelle est une préoccupation essentielle des philosophes modernes depuis que la conscience est mise en scène philosophiquement. Cependant parmi eux il n’y en a pas beaucoup qui considèrent la mémoire comme le fondement de l’identité humaine, bien qu’aujourd’hui, et grâce aux neurosciences, on sache pourtant qu’elle joue un rôle capital. D’une manière générale, les empiristes s’y intéressent davantage que les rationnalistes. Ceux‐ci ayant comme idéal normatif les systèmes mathématiques ne pensent pas qu’elle puisse contribuer à élargir nos connaissances du monde. C’est ce qui explique que le système des idées claires et distinctes chez Descartes, s’établit directement par la conscience présente. De son côté, l’empiriste sceptique Hume, bien qu’il ait souligné l’importance de la mémoire dans notre personnalité, n’a pas pu mettre en pleine lumière sa nature et son fonctionnement. L’esprit considéré comme l’ensemble des perceptions et des idées est loin de constituer l’identité de l’homme normal. On voit dans les théoriesbergsoniennes de la durée et de la mémoire une toute autre perspective qui fonde l’identité personnelle sur l’équilibre mental de la conscience présente et de l’inconscient, c’est‐à‐dire du moi superficiel et du moi profond.